HÉROÏNES

Sarah-Jane STRATFORD

édité par Belfond

Chronique écrite le
01 - 04 - 2021

Rᴇ́sᴜᴍᴇ́

Avec pour toile de fond le milieu du cinéma des années 1950, un roman passionné, plein d’aventures, de fougue et d’amitié, qui fait souffler un vent de liberté et de sororité sur un épisode peu connu de l’Histoire.

Alors que la Peur rouge s’abat sur l’ensemble des États-Unis, Phoebe Adler, talentueuse scénariste, est brutalement bannie de Hollywood. La cause ? Ses supposées accointances communistes, vraisemblablement le fruit des affabulations d’un collègue jaloux. Face à la menace d’un procès inique, la jeune femme se retrouve contrainte d’abandonner sa sœur malade et d’émigrer de l’autre côté de l’Atlantique.

Mais, au lendemain de la guerre, trouver du travail dans un Londres entièrement à reconstruire n’est pas chose facile. Jusqu’au jour où le chemin de Phoebe croise celui d’Hannah Wolfson. Productrice américaine, elle-même victime de dénonciations, Hannah a décidé d’offrir son aide aux artistes blacklistés.

Ensemble, les deux femmes jurent de prendre leur revanche, non seulement sur le maccarthysme, mais aussi sur le sexisme qui règne dans les studios. Duo de choc, de talent et de charme, Phoebe et Hannah voient leurs vœux exaucés au-delà de leurs rêves… avant de réaliser que la chasse aux sorcières ne connaît pas de frontières et que leur sanctuaire anglais est loin d’être sans danger.

Mon avis

Phoebe est scénariste pour le petit écran mais elle est aussi suspectée d’être partisane du parti communiste et risque donc, comme nombre d’américains, d’être pourchassée et jetée en prison par le FBI. Blacklistée et convoquée au Congrès pour y être interrogée, c’est sur les conseils de Mona, sa sœur hospitalisée et malade qu’elle fuit et prend le premier bateau en partance pour Londres.

Arrivée à Londres, elle fera la rencontre d'Hannah, une américaine, victime de dénonciation aux Etats-Unis, mais qui a réussi à créer sa société de production et qui a pour réputation d’engager de nombreux scénaristes blacklistés, ce qui lui permettra malgré tout, de continuer à travailler.

Sachez avant toute chose, que même si ce récit est romancé, la période de « chasse aux sorcières communistes » a vraiment eu lieu des années 1947 à 1960, aux Etats-Unis et notamment à Hollywood avec la création d’une liste noire répertoriant les personnes soupçonnées d’accointances communistes.

A travers une très belle histoire d’amitié, entre Phoebe et Hannah, nous sommes amenés à en apprendre davantage sur cette période historique, mais difficile pour tous les acteurs de l’industrie du cinéma, qui sont traqués par le gouvernement américain au sortir de la seconde guerre mondiale.

J’ai aimé le fait que les femmes aient une place prépondérante et soient le cœur même de ce livre.

Elles incarnent toutes, à leur façon, selon leur rôle et leur place, la force, le courage, l’audace, la combativité, à une époque où la société ne les considère pas capables d’être financièrement indépendantes. Elles osent s’affirmer, exceller dans leur domaine, aller de l’avant face à l’inconnu. Elles sont aussi talentueuses que les hommes, si ce n’est plus. Ce sont de véritables héroïnes de leur époque !

J’ai également beaucoup aimé l’environnement dans lequel prend place tout ce livre, l’ambiance londonienne des années 50 avec ses clubs de gentlemen, ses tea-time gourmands Fortnum & Mason, ses femmes élégantes et l’atmosphère du milieu artistique de Greenwich Village. C’est une très belle découverte en plus d’être particulièrement intéressante, que je vous recommande.