LES INCENDIAIRES

R. O. KWON

édité par Les Presses de la cité

Chronique écrite le
12 - 02 - 2021

❄🔥Rᴇ́sᴜᴍᴇ́🔥❄

Phoebe et Will se rencontrent dans une prestigieuse université. Elle, d’origine coréenne, est une fille solaire qui va de fête en fête mais se reproche en secret la mort de sa mère. Lui, étudiant en théologie, a perdu la foi et galère pour aider la sienne, endettée et malade. La perte est au cœur de leurs vies respectives, mais une chose est sûre : Will aime Phoebe. Rattrapée par le chagrin et la culpabilité, la jeune femme perd pied et intègre un groupe fondé par un homme aussi énigmatique que son passé est trouble. Et quand ses membres commencent à s’investir de façon de plus en plus violente dans la lutte anti-IVG, Will doit se battre contre un fanatisme qu’il croyait avoir laissé derrière lui…

⊰᯽⊱┈──╌❊Mon avis❊╌──┈⊰᯽⊱⁠

Jusqu'à sa rencontre avec Will, Phoebe était à la dérive. Ils s'aiment, mais chacun a ses blessures et ses fêlures. Will travaille comme un acharné pour aider sa mère, Phoebe elle, peine à décrocher de bons résultats à la fac et noie son chagrin dans l'alcool en se reprochant la mort de sa mère.

Will et Phoebe ont été élevés dans la foi chrétienne mais Will ne croit plus trop en Dieu et Phoebe se cherche. C'est alors qu'elle tombe sur John Leal, un homme charismatique et énigmatique, qui marche pieds nus et prêche la bonne parole. Bien qu'il sème le doute chez Will, il parvient à gagner la confiance de Phoebe jusqu'à l'amener à commettre l’irréparable.

J'avoue avoir été surprise par ce roman. Je pense qu'il y a du très bon, dans la psychologie des personnages qui est bien fouillée, dans la mise en place de l'insidieuse manipulation que peuvent avoir certaines personnes sur d'autres, dans la dégringolade que l'on attend impatiemment arriver.

Par contre, j'ai trouvé le démarrage assez lent. Explorant le passé mêlé au présent des 3 personnages clés de ce roman, indispensable pour planter le décor et amener la chute finale, j'aurais voulu que l'on rentre dans le vif du sujet plus rapidement et que l'on s'attarde davantage sur l'emprise de John Leal sur Phoebe.

Malgré cela, pour un premier roman, je trouve qu'il se défend bien et je suis contente de cette découverte.