L'HÔTEL DE VERRE

Emily St. John Mandel

édité par Rivages Noir

Chronique écrite le
17 - 02 - 2021

🏞Rᴇ́sᴜᴍᴇ́⁠🏞⁠

« Et si vous avaliez du verre brisé ? »

Comment cet étrange graffiti est-il apparu sur l’immense paroi transparente de la réception de l’hôtel Caiette, havre de grand luxe perdu au nord de l’île de Vancouver ? Et pourquoi précisément le soir où on attend le propriétaire du lieu, le milliardaire américain Jonathan Alkaitis ? Ce message menaçant semble lui être destiné. Ce soir-là, une jeune femme prénommée Vincent officie au bar ; le milliardaire lui fait une proposition qui va bouleverser sa vie. D’autres gens, comme Leon Prevant, cadre d’une compagnie maritime, ont eux aussi écouté les paroles d’Alkaitis dans ce même hôtel. Ils n’auraient pas dû…⁠

Mon avis

Une phrase sur la baie vitrée d’un hôtel cinq étoiles. « Et si vous avaliez du verre brisé? ». Enigmatique. Incompréhensible. Qui en est l’auteur(e) ? A qui s’adresse-t-elle ? Cette phrase, on en comprendra plus tard toute la signification, à faire froid dans le dos. Mais commençons par le début. ⁠

La Caiette est un hôtel luxueux à l’écart de tout, où le richissime propriétaire des lieux John Alkaitis vient passer quelques jours au calme, et rencontre la très jolie barmaid Vincent, sur qui il jettera son dévolu.⁠

En même temps qu'elle s'éloigne de plus en plus de son demi-frère Paul, ancien toxicomane un peu à la dérive, Vincent va mener la grande vie aux bras d’Alkaitis, une vie qu’elle n’aurait jamais imaginé, à côtoyer un autre monde, celui de l’argent qui coule à flot, celui où on ne regarde plus à la dépense.⁠

D’où Alkaitis tire-t-il sa fortune ? Pourquoi tant de personnes gravitent autour de lui ? Quel est donc son secret pour attirer à lui des investisseurs aux profils extrêmement variés ?⁠

Je dois avouer qu’au départ, je ne comprenais pas tout à fait où l’auteure voulait nous mener, bien que sa plume soit à mes yeux, totalement envoutante et ce, dès les premiers chapitres.⁠

Et puis petit à petit, se dessine sous nos yeux, une machine aux rouages parfaitement huilés, qui entraînera une chute vertigineuse de tous les personnages de ce roman.

Entre ascension éphémère des uns et dégringolade des autres, fantômes du passé, culpabilité, destins brisés, l’auteure nous dévoile un récit à la construction impeccable, fascinant, captivant et profond dans les interrogations qu’il suscite et qui m’a totalement conquise. Quel talent !

Il est difficile de vous en parler sans trop en dévoiler. Mais clairement, c’est un excellent moment de lecture que j’ai passé, et ne pas en savoir trop vous surprendra au moment venu.

Un roman noir que je classe parmi mes meilleures lectures de ce début 2020.

💬 Connaissez-vous cette auteure et son précédent ouvrage, Station Eleven qui a été traduit dans 17 pays ?