PATER MONSTER

Francois Blistène

Chronique écrite le
25 - 07 - 2020

Connaissez-vous la définition du paterfamilias, ce "bon père de famille", garant des intérêts de sa maisonnée, notion que l'on retrouvait, jusqu'à il y a peu, en droit civil français? Et bien ici, comme le titre l'indique, il s'agit de tout son contraire.

Nous avons là un homme un peu paumé, qui a heureusement pour lui hérité d'un appartement à la mort de son père mais mis au nom de sa mère pour que lui puisse continuer sa vie oisive en touchant le RSA...Sauf que sa copine tombe enceinte et ça, ce n'était pas prévu dans son programme de vie. Du coup, ni une, ni deux, il tourne le dos à cette nouvelle responsabilité, quitte sa nana et ne veut plus jamais entendre parler du petit.

Enfin ça, c'était avant de revoir Lisa, celle qu'il a quitté enceinte, et qui est aujourd'hui mariée, avec 3 enfants dont "le sien" (permettez moi les guillemets) qui a 8 ans. Il va alors tenter de négocier, auprès de sa mère, 8 jours avec ce dernier, histoire de se racheter une conduite...

Bref vous l'aurez compris ici, on traite avec beaucoup de cynisme et un récit totalement décalé, de la paternité non voulue et non assumée. Le langage est cru et la personnalité du protagoniste, à mon sens, hyper cliché. C'est un gars égocentrique et misogyne qui ne nous parle quasiment que de ses conquêtes. L'image des hommes est elle aussi, bien trop ternie.

Je me suis ennuyée au moins autant que lui dans sa vie...Cette vie qui est si monotone qu'il en arrive parfois à suivre des inconnus au hasard jusque chez eux...Vous voyez un peu l'état d'esprit du gars en question?

Malheureusement pour moi, je n'ai pas du tout accroché avec ce personnage complètement immature et je suis sortie de cette lecture très mitigée face à tant de clichés. Mais pour les amateurs d'humour décalé et que le sujet ne rebute pas, alors cette lecture trouvera certainement son public.