SURVIVRE

Vincent Hauuy

Chronique écrite le
13 - 04 - 2020

❄🏔Rᴇ́sᴜᴍᴇ́🏔❄

2035. La Terre est en sursis : les catastrophes climatiques se multiplient, les sociétés sont en ébullition et les réserves d'eau potable se raréfient. Le survivalisme prend de l'ampleur. Survivre devient à la fois un défi et une obsession. C'est aussi le thème et le nom du grand jeu télévisé que lance le milliardaire Alejandro Perez, magnat des intelligences artificielles.

Dans l'énorme complexe construit ad hoc dans l'Idaho, le lancement de Survivre s'annonce spectaculaire. Mais lorsqu'un agent de la DGSE infiltré dans l'organisation de Perez disparaît, son frère, l'ex-journaliste Florian Starck, se décide à intégrer l'émission. Et découvre un envers du décor aussi mystérieux que terrifiant.

⊰᯽⊱┈──╌❊Mon avis❊╌──┈⊰᯽⊱⁠

Un thriller d'anticipation mêlant géopolitique, survivalisme et télé réalité du futur...autant vous dire que c'est parfaitement d'actualité! L'auteur est concepteur de jeux vidéos, on comprends donc d'une part, son inspiration, d'autre part qu'il maîtrise aussi bien le sujet des nouvelles technologies et notamment des intelligences artificielles.

J'ai été séduite par le personnage de Starck (Florian de son prénom). Je me l'imaginais comme une gros gaillard barbu, gros dur au cœur tendre. Il a un sacré caractère ce monsieur, mais reste sensible et attachant, notamment par son vécu.

Le roman se lit bien. J'avoue avoir été transportée par la plume de l'auteur malgré le fait que je me sois quelque peu perdue dans les méandres des intelligences artificielles et autres algorithmes. C'est tout de même pointilleux tout ça!

Je regrette également que le thème du survivalisme n'ait pas été un peu plus approfondi car clairement on apprends quand même quelques astuces sympathiques qui, sait-on jamais, pourrait servir un jour, mais aussi et surtout car c'est le thème principal de ce roman.

Quoiqu'il en soit, cela reste un roman sympa à lire avec une intrigue intéressante et prenante. C'est loin d'être optimiste, mais c'est en tout cas empreint de réalisme.