UN HOMME AVERTI NE VAUT RIEN

Romain Sardou

Chronique écrite le
19 - 06 - 2020

C'est en partant de ce postulat, que Romain Sardou revient après 5 ans d’absence, avec un nouveau roman qui se situe à la frontière entre le thriller et la saga familiale.

« Derrière toutes les grandes richesses se cache forcément un grand crime ».

Deux familles richissimes s’affrontent :

D’un côté, les Bateman, issus de la mafia irlandaise, avec à sa tête, le patriarche John, que rien ni personne n’arrête…ou presque…

De l’autre, les Muir, famille d’armateurs et politiciens anglais, avec comme doyen, Conrad, là encore un homme de pouvoir sans foi ni lois.

L’histoire de ces deux familles va s’alterner tout le long. Au départ, cela vous paraîtra confus, quelque chose semble les lier mais quoi ? Aucun lien direct, chaque histoire semble indépendante tout en ayant des points en commun.

Puis petit à petit, on apprend que chacune d'elles a ses cadavres dans le placard et côtoie la violence et la corruption de près.

D’intrigues à tiroirs en mystères et fausses pistes, vous serez happés par l’histoire de ces querelles familiales ancestrales, où se mêlent les abus de pouvoir, la mort, la violence physique et psychique, l’amour impossible, la vengeance à l’état brut.

C’est intense et haletant, tout en étant très fluide à la lecture. Le « secret » familial gardé pendant des siècles et qui engendre cette lutte sans merci, ne sera, quant à lui, dévoilé qu’à la toute fin. Une lecture on ne peut plus plaisante.

Bien que ce livre puisse parfaitement se lire de manière autonome, si vous souhaitez tout de même approfondir les histoires de ces deux familles, l’auteur les avait retracées dans ces deux œuvres historiques de la saga America.⁠