UN LOUP QUELQUE PART

Amelie Cordonnier

Chronique écrite le
27 - 07 - 2020

Dur, émouvant, bouleversant mais nécessaire. Ce livre qui me faisait tant envie mais aussi si peur, et que j'ai attendu avant d'ouvrir, a été une lecture qui m'a ouvert les yeux sur un sentiment que je ne pensais pas possible...celui du rejet de son enfant.

Ici c'est le cas de cette maman qui découvre que son bébé ne correspond pas à l'idée qu'elle s'en était faite. Elle ne focalise plus que sur cette tâche qui est apparue sur son fils et qui ne fait que s'agrandir de jour en jour. Commence alors un engrenage de pensées malsaines, puisqu'elle n'éprouve pas une once d'amour pour son enfant et sa différence...

"Son problème à elle n'est pas qu'elle est raciste ou qu'elle n'a pas l'instinct maternelle, non. Son problème à elle c'est qu'elle n'aime pas son enfant."

Comment vivre avec de telles pensées? Comment apprivoiser des idées aussi noires que celle de voir son enfant mort et tenter malgré tout de les surmonter?

Ce qui est tragique dans ce récit, c'est la dépression dans laquelle sombre cette maman, rongée toutefois par la culpabilité de ses pensées malsaines qui la terrassent de jour en jour. Pour elle, aimer son enfant dès la naissance, ce n'est pas inné, c'est une chance...

J'ai été bouleversée, encore une fois mon cœur de maman en a pris un coup! Ce récit est oppressant, étouffant et m'a mise très mal à l'aise parfois...La plume est vive, l'histoire rythmée, je l'ai lu d'une traite tant il était prenant!

Si vous en avez le courage, lisez-le, il en vaut vraiment le détour!

"Il y a toujours un loup quelque part et personne ne peut dribbler le destin".