UN SAMEDI SOIR ENTRE AMIS

Anthony Bussonnais

Chronique écrite le
15 - 04 - 2020

❄🏔Rᴇ́sᴜᴍᴇ́🏔❄

Claire, inquiète, consulte à nouveau son portable. Il est vingt heures passées et son petit-ami, qui était censé venir la chercher, est introuvable. Cela fait bientôt six mois qu’ils sont ensemble, Claire le connaît bien. Medhi est toujours à l’heure.

François est extrêmement organisé. Grâce à lui, la soirée du samedi est devenue un évènement incontournable que ses voisins, choisis avec le plus grand soin, ne rateraient pour rien au monde. C’est le moment idéal pour décompresser et se relâcher.

En plein cœur de la forêt, Medhi est nu. Il tremble. Malgré l’obscurité, il parvient à repérer plusieurs personnes autour de lui, les rires vont bon train, tout le monde semble à la fête... Mais qu’attend-on vraiment de lui ?

⊰᯽⊱┈──╌❊Mon avis❊╌──┈⊰᯽⊱⁠

Une atmosphère lourde, angoissante tout au long de cette chasse à l'homme qui m'a donnée des frissons. Lu d'une traite, j'avais hâte d'en finir car cette histoire fait vraiment froid dans le dos.

J'ai été happée par cette lecture. La plume est prenante, et une fois que nous sommes propulsés au coeur de l'action, dans cette forêt et dans la tête de cette victime traquée dans les bois tel du gibier, on souffre avec lui, c'est juste horrible...

J'avais cette inquiétude, cette angoisse terrible et grandissante qui prenait place en moi. Je n'ai pas lâcher ce livre avant la fin.

Il y a des critiques acerbes concernant ce roman, qui sont loin d'être justifiées. A mon humble avis, l'auteur s'appuie sur du vécu, ça se sent; donc oui des fois c'est un peu cru, c'est un peu trash, mais il s'agit d'une réalité qu'il a dû côtoyer de près, avec sa part de fiction ou pas.

Il pointe du doigt la xénophobie et surtout l'islamophobie qui sévit et qui prend une ampleur considérable de jour en jour, notamment à cause d'une incompréhension, volontaire ou pas, de la religion musulmane. Il est tellement plus simple de suivre l'effet de masse et de penser comme tout le monde. Et bien voici quelqu'un qui a décidé de prendre sa plume (ce qui, déjà, n'est pas donné à tout le monde) et d'y aller franc-jeu, et ce courage, il faut le saluer.

D'aucuns penseront que faire référence à des ruraux racistes et lepénistes pour imager son propos, c'est cliché et réducteur, mais le message en filigrane est à prendre avec intelligence. Il y en a qui vivent ce racisme tous les jours, il ne faut pas l'oublier.

Pour un premier roman, l'auteur a su soulever des problématiques importantes, c'est une lecture que j'ai aimée, suspense crescendo, angoisse à s'en ronger les ongles, sans voyeurisme à outrance.

A mon sens, on a là un thriller sombre qui tient sa promesse mais aussi un thriller qui nous amène à voir les choses en face. La haine, le mépris pour la différence et la violence inouïe qui en découle existent bel et bien, même si l'on préférerait l'oublier.

Un auteur à suivre et que j'aurai vraiment plaisir à relire dans le futur.