907 FOIS CAMILLE

Julien DUFRESNE-LAMY

édité par Plon

Chronique écrite le
17 - 09 - 2021

Distinction

" Rentrée littéraire Plon 2021 "

Rᴇ́sᴜᴍᴇ́

Camille naît le 7 octobre 1987 dans le 14e arrondissement de Paris et tout de suite, elle a côtoyé l’impossible.

Camille est la fille de Marie, une femme grande, souriante, fragile et de Dominique alias Dodo, un homme grandiloquent et imprévisible qui aime à se prénommer la Saumure

C’est l’histoire vraie de Camille, fille de. Pas d’un acteur ni d’un chanteur, mais du proxénète notoire Dodo la Saumure. Depuis l’enfance, Camille compose avec l’absence de ce père occupé par ses maisons closes et ses allers-retours en prison.

Camille grandit dans la honte et les secrets de famille avec une seule question : comment devenir une femme dans l’ombre d’un père qui en exploite tant ? L’expérience de Camille est universelle, car elle illustre la place et le combat de toutes ces femmes aux prises avec des hommes qui les méprisent, les dupent, les utilisent pour dominer et triompher.

C’est aussi l’histoire d’un écrivain, Julien Dufresne-Lamy, qui pour raconter son amie Camille reprend la narration depuis l’origine. Il interroge l’écriture et les souvenirs enfouis de son héroïne en se demandant sans cesse : comment écrire le vrai, la vie d’une autre, l’amitié sans trahir la littérature ?

Un récit littéraire sans compromis, construit comme une captivante enquête sur la famille et le secret, qui parle autant de proxénétisme que d’amour.

Mon avis

Je remarque depuis quelques temps, que les livres de Julien Dufresne-Lamy sont toujours très attendus. Il faut dire que ses deux derniers, ont beaucoup fait parler d’eux. Je n’en avais lu aucun jusqu’à cette rentrée littéraire. J’étais donc très curieuse de découvrir cet auteur, au vu des éloges qu’il reçoit chaque année.⁠

Le récit dont il sera question ici est celui de Camille, avant tout une amie de Julien. Lui consacrer un livre est un exercice qui ne doit pas être des plus simples pour celui qui détient cette double casquette écrivain/ami.

Face aux confidences de sa chère amie, qui, pour l’écriture de ce livre, a rouvert de très vieux tiroirs, l’auteur n’aura de cesse de se questionner sur son propre processus d’écriture. C’est une construction que j’ai trouvée vraiment intéressante.⁠

Comment Camille a-t-elle pu se construire, face à un père absent, plus occupé à faire tourner ses maisons closes que son propre foyer, plus souvent derrière les barreaux, qu’au chevet de sa famille ?

Car oui, il faut savoir que son père n’est autre que Dodo la Saumure, un proxénète qui a été mis sur le devant de la scène, avec le scandale de l’affaire DSK. Comment en tant que femme se positionner dans la vie, quand on a un père qui les exploite ?

J’ai aimé la plume de l’auteur. Je l’ai trouvé délicate, tout en pudeur et les chapitres courts donnent une belle dynamique à cette lecture.

Mais voilà, je ne me suis pas attachée à Camille, ni à ces femmes fortes qui sont décrites dans ce livre, et je n’ai pas ressenti l’émotion que j’attendais. Je me suis même sentie complètement détachée.

Malgré cela, je dois dire que je suis quand même contente de l’avoir lu, et d’avoir enfin pu mettre un style sur les écrits de cet auteur dont j’entends tellement parler!