D'OR ET DE COLÈRE

Karin TANABE

édité par Belfond

Chronique écrite le
29 - 08 - 2021

Rᴇ́sᴜᴍᴇ́

Dans le décor agité de l’Indochine des années 1930, Karin Tanabe tisse une superbe fresque, pleine de passions et de drames, pour conter un pan méconnu de l’histoire coloniale française.

Héritiers de la riche famille Michelin, Victor Lesage et sa femme Jessie sont envoyés à Hanoï pour reprendre en main les exploitations d’hévéas, ces arbres au caoutchouc naturel si convoité, au centre des tensions anticoloniales.

Tandis que Victor s’investit dans sa mission, Jessie, elle, tente de naviguer dans le milieu fermé des expat’. Pour cette Américaine, très secrète sur son passé, trouver sa place dans cette nouvelle vie n’est cependant pas chose aisée… jusqu’à sa rencontre avec l’intrépide et passionnée Marcelle de Fabry. Avec elle, Jessie fait l’expérience d’un autre Hanoï, interlope, sensuel, nimbé de vapeurs d’opium.

Mais Jessie le sent : l’amitié de Marcelle n’est pas désintéressée. Comme elle, la belle Parisienne cache des choses, une vérité indicible sur les réelles motivations de sa présence sur ces terres du bout du monde où gronde la colère communiste…

Combien de temps pourront-elles poursuivre ce jeu de dupes ? Car le destin d’une nation entière est en route, irréversible, et ces deux femmes auront chacune un rôle à jouer dans sa chute, et sa renaissance.

Mon avis

Ce livre est mon 2ème coup de cœur de cette aventure des lectrices Belfond. J’ai été transportée du début à la fin. Non seulement l’histoire est superbement écrite, mais elle est aussi captivante et met en lumière un pan de l’histoire coloniale française que l’on voit très peu en littérature.

1930. Jessie pose ses valises avec son mari et sa fille en Indochine française pour une durée de 3 ans. Son mari, Victor, est un Michelin, cette famille connue pour être propriétaire des plantations de caoutchouc dans la colonie française du sud de Conchinchine.

Victor doit superviser les plantations, mais aussi enrayer la montée du communisme qui risque de mettre en péril l’entreprise familiale. Un vent de révolte gronde. Les fermiers, maltraités et abusés, veulent l’indépendance de l’Indochine et sont prêts à en payer de leur vie. Mais cela, Jessie ne le soupçonne pas encore…

Jessie fera la rencontre de Marcelle, une expatriée également, avec qui elle se liera d’amitié. Marcelle est mariée à Arnaud mais tous deux sont totalement libres. Arnaud est un coureur de jupons et Marcelle est follement amoureuse d’un riche annamite, Khoi, dont la famille a fait fortune dans la soie.

Tout deux s’étaient rencontrés lorsqu’ils étaient étudiants à Paris, mais le poids des traditions les a toujours empêchés de se marier et de vivre leur amour au grand jour. Ils se sont retrouvés à Hanoï et ne se séparent plus, quitte à vivre leur relation clandestinement.

Il y aura deux voix dans ce récit, celle de Jessie et celle de Marcelle. Elles nous racontent, leurs vies passées, leurs combats et surtout les drames qui les ont touchées.

Quelle est la vraie raison de la venue de Marcelle en Indochine ? Quels sont les lourds secrets du passé que Jessie semble cacher ? Qui sont réellement les Michelin ? Que se passe-t-il dans ces plantations ?

J’ai vraiment été surprise à plusieurs reprises pour chacun des personnages et des secrets qui les touche. Je dois dire que pour la première fois, je ne sais vers quel protagoniste va ma préférence car de Jessie ou de Marcelle, chacune a son histoire et certains de leurs agissements trouvent parfois justification, compte tenu de leur passif.

Le dépaysement est certain, mais l’horreur l’est tout autant, bien enfouie mais tout à fait réelle. L’auteure a su créer une formidable histoire autour de faits historiques difficiles et poignants.

C’est un livre riche et captivant que je vous recommande vraiment de découvrir.