LE PHARE

Sophie Blackall

édité par Des Elephants

Chronique écrite le
27 - 07 - 2021

Distinction

" MÉDAILLE CALDECOTT 2019 "

Rᴇ́sᴜᴍᴇ́

Au milieu de l’océan, un gardien de phare veille sur les navires de passage. Les jours passent et se ressemblent, obéissant à un immuable rituel : remplir la lampe d’huile, couper la mèche, astiquer la lentille, remonter le mécanisme de la lampe. Chaque événement est méticuleusement répertorié dans le journal de bord.

Mais parfois, la routine est brisée par la tempête, le passage d’une baleine, le périlleux sauvetage de naufragés, l’arrivée du navire de ravitaillement ou de l’épouse tant attendue. Au côté du gardien, celle-ci veille sur le phare et sur la vie qui doucement grandit en elle.

Un album qui célèbre une vie simple et retirée, rythmée par le passage des éléments et des saisons, par d’héroïques sauvetages ou par la magie de l’arrivée d’un enfant.

Mon avis

Je vous parle aujourd’hui d’un album jeunesse qui m’a émerveillée.

L’histoire, c’est celle de ces petites mains qui s’activent pour astiquer la lentille, remettre de l’huile dans la lampe, couper et brûler la mèche et en remonter le mécanisme, tout cela, afin de permettre au phare de briller dans la nuit noire.

A des kilomètres du rivage, un gardien s’attelle à maintenir cette lumière afin de prévenir les marins des dangers et les guider à bon port. Il est seul, très seul. Il reçoit quelques fois dans l’année une navette de ravitaillement qui lui apporte des vivres pour plusieurs mois, il peut aussi avec hâte, attendre l’arrivée de sa moitié.

On pénètre au sein de cette forteresse de la mer, et l’on assiste aux jours qui passent, aux épreuves qui peuvent toucher les marins comme les naufrages, aux bonnes nouvelles aussi, comme une naissance. Avouez qu’être enceinte et accoucher dans un phare c’est quand même sacrément original ! Des familles entières peuvent y vivre, et l’on apprend même que beaucoup de femmes étaient elles-mêmes gardiennes de ces phares.

Être gardien d’un phare, c’est non seulement beaucoup de travail, mais aussi une aventure unique malgré la routine du quotidien.

Parlons des illustrations réalisées à l’encre de Chine et à l’aquarelle. Je les trouve sublimes ! C’est ce qui m’a tout de suite séduite dans cet album.

La couverture est déjà remarquable et plus vous plongez dans cet album, plus vous serez émerveillés par la délicatesse des dessins, par ces images d’instants de vie immortalisés sur papier, dans cet espace tout en rondeur et si singulier qu’est le phare. Les petits détails sur chaque page sont d’un réalisme saisissant !

L’illustratrice @sophieblackall a déjà une trentaine de livres à son actif et a été récompensée par de nombreux prix dont une médaille Cadelcott (justement pour cet album), destinée à récompenser l’illustrateur du meilleur livre pour enfant américain de l’année. Ce livre est une vraie réussite.

A faire découvrir à partir de 5 ans.