L'UNIQUE GOUTTE DE SANG

Arnaud Rozan

édité par Plon

Chronique écrite le
24 - 08 - 21

Distinction

" Rentrée littéraire Plon 2021 "

Rᴇ́sᴜᴍᴇ́

Quand, dans le sud des Etats-Unis, la plupart des médecins refusaient de soigner les Noirs et que le lynchage restait une pratique courante...

Un pan glaçant de l'histoire américaine, évoqué de façon magistrale.

Au coeur du Tennessee des années vingt, Sidney, un adolescent noir, se retrouve pris au piège du désir de deux jeunes filles blanches qui provoquent le massacre de sa famille en l'accusant à tort.

Pourquoi un shérif adjoint a-t-il pris le risque de lui épargner le lynchage ? Dans cette Amérique où n'avoir qu'une seule goutte de sang noir expose au danger, Sidney est-il pour autant sauvé ?

Quand le jeune homme reprend ses esprits après les horreurs vécues, sa mémoire s'est effacée. Un lien étrange l'unit néanmoins à ce policier et à un mystérieux garçon, qu'il va désormais suivre comme son ombre dans une tragique odyssée. Car un tourbillon de violence poursuit implacablement Sidney, des émeutes de l'été sanglant de Chicago jusque dans l'Arkansas, sous fond de blues de Bessie Smith, sœur exilée du Sud.

Dans cette quête de ses racines, quel rôle vont jouer Robert Abbot, porte-parole de la cause des Noirs, Alma, la jeune aveugle, Lewis, l'ancien esclave, et les âmes tourmentées de Harlem ?

Mesure-t-on à quel point des liens de sang se sont créés au cœur de la haine entre les Noirs et les Blancs, de génération en génération, au-delà de l'inimaginable ?

Mon avis

Ce roman est puissant, extrêmement bien écrit et douloureusement captivant.

Nous sommes au fin fond du Tennessee, dans les années 1920, c’est-à-dire, dans une Amérique profondément ségrégationniste. A cette époque, on traque les moindres liens de filiation, jusqu’à des générations en arrière, pour déterminer si l’un possède l’unique goutte de sang noir qui condamne irrémédiablement toute la lignée à subir la folie et la barbarie des racistes blancs de l’époque.

L’histoire tourne autour de Sydney, un jeune noir, qui va être le réceptacle d’une violence inouïe et déchainée, suite au mensonge de deux jeunes filles blanches.

Sa famille va lui être arrachée, massacrée et torturée aux yeux de tous, un spectacle pour les blancs de l’époque (et qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler la période de colonisation française, soit dit en passant).

Par miracle, il échappe à la mort, bien amoché mais vivant, et sauvé par l’adjoint du shérif qui l’éloigne de la ville pour le faire admettre dans un hôpital où il sera soigné mais se réveillera amnésique.

Lorsqu’il quittera l’hôpital avec une première étape à Chicago, ce sera le début d’une longue quête identitaire, à la recherche de ses racines. Il rencontrera Robert Abbott, fondateur du journal Chicago Defender, qui fait campagne contre les violences envers la communauté afro-américaine, mais également un Irlandais, Turner avec qui il se liera d’amitié, tout en continuant à être victime d’injustices. Nous découvrirons en même temps que Sydney, que nombre de ces personnages vont avoir des liens avec lui.

C’est une superbe lecture, forte et intense qu’il vous faut vraiment découvrir.