PREMIER SANG

Amélie Nothomb

édité par Albin Michel

Chronique écrite le
23 - 08 - 21

Rᴇ́sᴜᴍᴇ́

Amélie Nothomb est née à Kobé en 1967. Dès son premier roman Hygiène de l’assassin paru en 1992, elle s’est imposée comme une écrivaine singulière. En 1999, elle obtient avec Stupeur et tremblements le Grand Prix de l’Académie française.

« Il ne faut pas sous-estimer la rage de survivre. »
Amélie Nothomb

Premier sang est son 30e roman.

Mon avis

Amélie Nothomb, je lisais ces romans lorsque j’étais au lycée, je ne me souviens plus de tous ceux que j’ai lus, mais ce dont je me rappelle, c’est que j’adorais son style à l’époque.

Puis, les années ont passées, la lecture n’était plus une priorité et j’ai donc délaissé cette auteure, et tant d’autres d’ailleurs. Et puis me revoilà, des années plus tard, à relire un Nothomb. Et quel plaisir ce fut !

J’ai savouré ce petit roman que j’ai trouvé absolument touchant et qui m’a fait remonter le temps à travers les souvenirs de son père adoré. C’est un roman authentique, beau, et qui rend magnifiquement hommage à son père qui s’en est allé l’année dernière.

Elle se glisse dans sa peau, nous partage des moments intimes et marquants de sa vie, avec ce ton loufoque (mais pas que !) qu’on lui reconnait si bien. J’ai ri mais j’ai aussi été émue. Emue de me voir confier quelques pans de sa vie sous le regard de l’enfant qui a tant aimé son parent.

Je me suis surprise moi aussi, à me poser la question de ce que je retiendrai de la vie de mon père le jour où il s’en ira. Je me suis remémoré des souvenirs de notre enfance, de la sienne, de nos partages et des épreuves aussi.

Ce roman a parlé à mon cœur et rien que pour cela, je vous conseille vraiment de ne pas passer à côté. Lisez-le, c’est une des plus jolies lectures de cette rentrée littéraire.